Exposition

15 > 30 mars | Chapelle de l’Hôpital-Général |  Rue Sainte-Rose

Accès libre  13h > 19h (du mardi au samedi)  14h > 18h (dimanche)

 

TANIA MOURAUD

Pandemonium

2015-16 | Installation vidéo 3 écrans | video HD couleur & son | loop 7’01 | videogramme

Première présentation en France
Caméra, son, et production : Tania Mouraud  Montage : Tania Mouraud assistée de Esmeralda da Costa 
Lieu de tournage :
Hambach, Allemagne Édition 5 + 2 AP 
Collection de l’artiste | ©
ADAGP Tania Mouraud

C’est en Allemagne que Tania Mouraud filme en 2015 les fumées qui s’élèvent d’une usine transformant du lignite, un charbon, en électricité.
Non loin, des machines immenses retournent et abandonnent des terres dévastées.
Pandemonium est un triptyque nommé d’après la capitale des Enfers, où se réunissent des démons dont on croirait entendre les grondements étouffés.
Elle donne à voir la danse macabre de fossiles devenus fumées.

Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médium : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance, etc. Elle propose de rajouter dans nos appartements standard une chambre de méditation (1968). Elle affiche dans l’espace public sur les panneaux 3 x 4 m son désaccord avec une société glorifiant l’avoir au dépend de l’humain (1977), Elle réfléchit sur les rapports décoratifs de l’art et de la guerre, sur les limites de la perception avec l’aide de l’écriture en créant des « mots de forme »(1989). A partir de 1998, elle utilise la photo, la vidéo et le son dans une forte relation à la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant.

taniamouraud.com